Visites
Jardins
Châteaux
Expositions
Liens
Voyages
Jumelage
Contact
Livre d'Or

Jardins et châteaux autour de Paris

Cabinet à secrets. Rome vers 1670. .

Cabinet en bois noirci et ébène, la façade rhytmée de colonnes incrustées de filets d'étain, les tiroirs plaqué d'ivoire orné de rinceaux en scagliole. Italie, sans doute Rome milieu du XVIIème siècle.

Avant sa restauration, une porte, ornée d'une peinture du début XIXème fermait le caisson.

La supression de la porte a redonné toute l'ampleur architecturale à ce cabinet romain.

-

La façade du cabinet est ornée de dix colonnes en noyer, incustées de filets d'étain à décor de branchage. Les tiroirs plaqués d'ivoire présentent un décor très proche des marqueteries de Pierre Gole, notemment d'un cabinet dont le caisson est plaqué d'ivoire marqueté de rinceaux et de fleurs. Ces deux motifs marquetés sur fond d'ivoire ont vraisemblablement une inspiration commune.

---------
------------------a-------------------------------------------b------------------------------------------c------------ --------------------------------d-------------------

Les colonnes de la façade (a) sont amovibles en sortant les pots à feux en bronze et laissent apparaitre un lambris à caissons (b). Chaque lambri ou panneau de boiserie se tire (c), pivote et découvre une rangée de petits tiroirs (d). Les six colonnes de la façade enlevées permettent aussi de libérer le grand tiroir supérieur orné d'une montre Louis XIV, Paris vers 1710, ainsi que les deux tiroirs faisant office de frise ou corniche.

--

--

Les tiroirs de la façade sortis, laissent entrevoir une autre rangée de tiroirs dans le fond. Ces tiroirs sont en placage de noyer sur la façade, moulure en bois noirci.

--

Le caisson du cabinet est tel un théatre, avec des marches et une scène marquetée d'ivoire, d'ébène et de palissandre, à décor d'étoiles et de rinceaux. Le décor de rinceaux est proche des marqueteries des cabinets parisiens dont ceux de Pierre Gole. Un autre cabinet plaqué d' écaille flamand, présente un théatre très proche avec ces colonnes, glaces et balustrade.

Le cabinet a conservé, fait exceptionel, son piètement d'origine composé de douze puissantes colonnes incrustées du même motif de branchage en étain, reliées par une entretoise en ébène et reposant sur des pieds galettes en bois doré.

Le cabinet n'avait pas de porte à l'origine, mais une porte du caisson a été installée au début du XIXème siècle d'une peinture sur panneau d'origine allemande, représentant la Cruxifiction. Cette porte a été enlevée depuis.