Visites
Jardins
Châteaux
Expositions
Liens
Voyages
Jumelage
Contact
Livre d'Or

Jardins et châteaux autour de Paris

Cabinet attribué à Johann PUCHWISER Munich, début du XVIIIème

Johann PUCHWISER, Munich, début du XVIIIème siècle.
Cabinet de table en placage d' écaille, de laiton, d'étain et de palissandre.  Il ouvre par deux portes plaqué d’une feuille de laiton marquetée d’un motif architecturé composé de deux termes en écaille rouge soutenant un portique surmonté d’un portique à la Bérain en étain, avec un buste de guerrier de profil et d’oiseaux en écaille rouge, le panneau dans un encadrement galbé d’écaille rouge et d’une moulure en laiton, marquetée elle-même de rinceaux en écaille dans les écoinçons. L’intérieur des portes en placage de palissandre marqueté de rinceaux en laiton formant des arabesques, même motif sur les cotés latéraux et le dessus du cabinet. Le dessus à doucine est plaqué d’écaille rouge marqueté de motifs en lambrequins avec un fronton cintré marqueté de deux écus sous une couronne encadré de drapeaux et canons en étain et laiton.


L’intérieur présenter sept tiroirs en simulant douze , les façades galbées marquetées, par suite de quatre  en parti sur fond d’écaille et deux en contre partie sur fond de laiton et d’étain à décor de chiens posés sur des socles surmontés d’oiseaux posés sur des rinceaux servant d'entablement, dans des encadrements de laiton, les coins gravés d’un fleuron.


Le caisson central est à trois arches séparées par des pilastres dont deux foncées de glace, encadrant trois petits tiroirs superposés, le sol en damier plaqué de carrés en écaille et d'ivoire. Les fonçures du cabinet sont en sapin et des tiroirs en noyer.

L’intérieur des tiroirs est garni d’un papier gaufré et doré du début du XVIIIème siècle à décor de rinceaux de fleurs à l'imitation du cuir doré. Un autre cabinet de Munich, reproduit dans l'Estampille, fiche 131b, comportait des tiroirs décrits avec un cuir doré ? mais plus certainement un papier gauffré à l'imitation du cuir, tel le notre.


La cour de Munich possède toujours à la fin du XVIIème siècle des grands cabinets d’apparat fabriqués à Augsbourg. Max Emmanuel avait demandé à Enrico Zucalli, la transformation de ses appartements princiers de la Résidence de Munich. L’appartement dit de réception servait d’exposition aux collections du Prince dont deux cabinets plaqués d’écaille de tortue et deux tables commandées à Augsbourg à Johan Esser et à Wolfbauer, souvent inspirés de modèles français. La paire de cabinets est plaquée d’écaille rouge, les pieds galbés en marqueterie de laiton et d’étain  en partie et  contrepartie.
Une estampe de 1695 montre la tombola dans l’atelier d’Henri Van Soest, avec plusieurs cabinets dont un à fronton de ce genre.
Un grand cabinet à écrire de Johann PUCHWISER (1680-1744) reprenant les trois techniques: écaille, laiton et étain, provenant du château de Scheibheim est conservé au Bayerishes National-Museum.

--


En France, à cette époque certains ébénistes utilisent la technique de ce placage d’écaille, marqueté de laiton et d’étain d’après les dessins de Bérain, ce type d’oiseaux dans différentes positions se retrouvent sur plusieurs meubles parmi lesquels :
-André-Charles BOULLE 1642 – 1732, originaire du duché de Gueldre, né à Paris
-Nicolas SAGEOT 1666 – 1731, né en France. Sur une commode (Gismondi) en contrepartie de laiton on retrouve le même type d’oiseau.
-Bernard Ier VAN RISAMBURGH 1660 – 1738, originaire de Groningue, est établi à Paris vers 1694. Ce dernier exécuta entre autre, une table, conservée au Musée de Francfort et surtout un coffre, vers 1700-1715, formant cabinet ou secrétaire en place d’écaille marqueté de laiton dont des oiseaux très similaires aux nôtres.
-ANONYME : Un bureau Mazarin, plateau aux armes.

Cabinet, très proche, les portes manquantes, vendu lors de la vente du mobilier du château de Mentmore et provenant des collections Rothschild

x