Visites
Jardins
Châteaux
Expositions
Liens
Voyages
Jumelage
Contact
Livre d'Or

Jardins et châteaux autour de Paris

Les cabinets du duc de Northumberland

Paire de cabinets en ébène, vendus en 1752, conservés au château d'Alnwick depuis 1824, chez le duc de Northumberland, exécutés pour Louis XIV par Domenico Cucci aux Gobelins en 1683 et facturés 14.900 livres, ils ornèrent la petite galerie de Versailles. Identifiés en 1930, inventorié en 1684 n° 372 & 373 parmi les meubles dela couronne à Versailles. Relégués dans les réserves du garde-meuble quelques années plus tard, ces deux cabinets furent stockés en 1714 aux Tuileries puis sous Louis XV, entassés comme d'autres au Louvre dans la salle des gardes parce qu'ils étaient considérés comme démodés. La mode se démode, rien n'a changé. Par chance ils échappèrent aux choix du célèbre Buffon qui récupérait des pierres dures pour le muséeum et furent vendus le 3 février 1751 lors de la vente aux enchères organisée par le garde meuble royal de Louis XV. Ils furent acquis par Lemaignan marchand-mercier pour la somme importante de 3.201 livres, qui miracle ne les dépeca pas, mais les vendit à un collectionneur non identifié et plus tard en 1824 ils furent acquis par le duc de Northuberland. pour la somme de 2000 livres. Ce sont les seuls meubles de Cucci à avoir été formellement identifiés.

Descriptif : Paire de cabinets en ébène et placage d'ébène, à deux corps, le corps supérieur ouvrant par trois portes ornées de plaques de pietra dura dans des encadrements moulurés en bronze doré, celle du centre de forme arondie plaquée en relief d' un vase de fruit, et encadrée de deux termes féminins en bronze ciselé et doré et de huit pilastres en marbre vert et chapiteaux corinthiens en bronze. Les deux portes latérales, ornées au centre de plaques marquetées d'oiseaux, surmontées en haut de plaques rectangulaires de paysages et en bas de fleurs, et encadrées de grands pilastres en pierre dure verte à chapiteau corinthien de bronze doré; ceinture intermédiaire à ressaut, ornée de plaques de marbre. Le corps inférieur ouvrant par trois abatants, celui du centre marqueté d'un singe, sur l'un et d'un King-Charles sur l'autre cabinet et les deux latéraux ornés de deux plaques de fleurs avec un ruban noué, les encadrements en bronze doré avec une fleur de lys.
Socle en bois sculpté et doré d'enroulements et guirlandes reposant sur quatre pieds à sabot en ébène et bois noirci. Corniche en balustrade plaquée de trois plaques de marbre, et orné au centre d'un médaillon orné du chiffre du roi en bronze doré sous sa couronne royale, le tout surmonté de huit vases et au centre d'un trophé militaire composé de boucliers.

Hauteur : 2m 40, largeur 1m 72, profondeur 0m 48

Un inventaire de 1763 décrit 21 cabinets de pierres dures, ou mosaïques et 15 tables. Certains ce ces meubles non répertoriés lors de l'inventaire de 1697. Ils décrivent alors les meubles avec des pierres de rapport, en relief, façon Florence. L'atelier des pierres dures des Gobelins, créé par Colbert en 1662, organisé par Lebrun 5 ans plus tard. L'abbé Strozzi, ministre du roi a recruté les artisans en Italie à Florence avec Horace et Filippo Branchi, puis en 1670 Ambroggio Giachetti, sous la direction de F. Migliorini en 1669, ces deux derniers débauchés de l' atelier grand-ducal de pierres dures. Mais cet atelier employait peu d'artisans et les importations italiennes continuaient, sur les15 tables, 11 provenaient d'Italie.

Détail d'un oiseau marqueté de marbres et de pierres dures de l'un des abattants en ceinture sur fond de marbre noir, marbre des Pyrénées, jaune de Sienne, jaspe, agate, serpentine et lapis et de smaragdite qui est une pierre verte mélée de blanc.

Chiffre du roi Louis XIV en bronze doré, réalisé par Cucci et surmonté d'un trophé militaire composé de deux boucliers

Panneau centrale de la ceinture de l'un des cabinets, représentant un épagneul marqueté en jaspemarbre des pyrénées, jaune de Sienne, jaspe, agate, serpentine et lapis et de smaragdite qui est une pierre verte mélée de blanc, exécuté d'une façon remarquable

Le noeud de couleur corail est particulièrement bien réussi. Les nuances de la pierre sont utilisées d'une façon remarquable, rendant les effets soyeux de lumière se reflétant sur le ruban. Même les défauts du jaspe vert sont exploité sur les feuilles, la mousse sur les branches. Le grand talent des artisan,s est d'exploiter les défauts des pierres.

Porte de droite ornée de deux panneaux, celui du haut à décor d'un port et de ruines, séparé par une frise en bronze doré fleurdelysé, et un panneau sur fond noir, à décor d'un coq en pierres dures et marbres, et d'améthyste et de lapis lazuli. Deux petites plaques marquetées de fleurs composent le bas relief, un motif en bronze semble les relier.

Le piètement en bois sculpé et doré à décor d'enroulements et de guirlandes repose sur quatre jarrets de taureau est presque identique, à un piètement de table conservé dans la galerie dorée de la banque de France